L’association JET connaît une situation budgétaire difficile menaçant sérieusement la poursuite des activités de l’association et la pérennité des emplois.

Si petite soit votre contribution*, plus que jamais, la 100aine de bénévoles et les 8 salariés de JET ont besoin de votre soutien pour continuer l’aventure.

1 mois pour soutien financier JETFM

1 mois pour soutenir JET, du 1er au 31 décembre 2017

Soutenir JET, c’est agir pour : Je donne Plus tard

Pour vos messages de soutien : sur la boîte mail auditeur@jet-asso.fr
et/ou via le répondeur auditeur au 02 28 25 23 90, nous les relayerons à l’antenne !

MERCI pour l’aide que vous pourrez nous apporter.

 * Dons défiscalisables, paiement sécurisé avec émission automatique d’un justificatif de paiement.

JETFM 91.2FM

Le direct
  1. Accueil du site
  2. Émissions
  3. Enlarge your music !
  4. Enlarge Your Music ! #149
Votre don de soutien à JET
dimanche 8 octobre 2017

Enlarge Your Music ! #149

08 Octobre 2017 - 19h-20h - Madchester

par Enlarge your music

Twitter

Facebook

Podcast

MP3 - 134.2 Mo

Emission sur la période Madchester

« Madchester » est un jeu de mot entre « Mad » qui veut dire fou en anglais et le nom de la ville Manchester. Ce nom désigne surtout un mouvement musical qui a connu un grand succès pendant les années 80 jusqu’au début des années 90. Un mouvement porté par le label « Factory Records » et son club « La Haçienda » « Tony Wilson » est alors présentateur télé sur une chaine locale de Manchester. Il fait jouer « Joy Division » dans son émission en 78 et décide dans la foulée de monter un label. « Joy Division » est le premier groupe à être signé. « Factory Records » est lancé.

En mai 1980, Ian Curtis se suicide entrainant la fin de "Joy Division". Les membres restant fondent alors « New Order ». « Rob Gretton », manager du groupe revient de New York avec l’idée de lancer à Manchester l’équivalent de la « Sound Factory » une énorme discothèque de New-York qui n’existe pas en Angleterre. Il présente son projet à « Tony Wilson » ouvrir un club dont le design et l’architecture porteraient la marque « Factory » et dans lequel les groupes du label pourraient se produire. Après plusieurs mois de recherche ils achètent une ancienne halle d’exposition pour bateaux situés dans un quartier délabré en plein centre de Manchester. L’architecte « Ben Kelly » utilise au maximum le matériel d’origine donnant au club un aspect unique et radicalement différent de tout ce qui existe à l époque devenant un référence en matière de design. « La Haçienda » ouvre ses portes le 21 mai 82 et se voit attribuer un numéro au catalogue de « Factory » comme tout ce qui est produit par le label.

Le club a beau accueillir les « Smiths », « Madonna » ou « Grandmaster Flash » la fréquentation reste catastrophique. Les pertes sont astronomiques et « Tony Wilson » propose à « New Order » de renflouer les caisses avec l’argent engrangé par le single « Blue Monday » qui deviendra le maxi 45T le plus vendu de l’histoire.

Les concerts coutant énormément au club et ne rapportant rien. Le staff du club décide de multiplier les soirées qui eux demandent beaucoup moins de frais. Il fait appel à deux DJs : « Dave Haslam » et « Mike Pickering ». « Pickering » se sert de ses soirées pour jouer un nouveau courant venant des Etats-Unis : la « House music ». Le public est de plus en plus nombreux attiré par la sélection musicale mais aussi par l’atmosphère beaucoup plus positive que les autres clubs où l’esprit tourne autour des bitures et de la baston. En 88 « Pickering » lance une nouvelle soirée dédiée au versant le plus dur de la house music : « l’acid house ».

Un engouement qui va atteindre des proportions pharaonique avec l’explosion de la nouvelle scène locale et l’arrivée de l’ecstasy. Une formation incarne à elle seule cette révolution : les « Happy Mondays ». Le groupe passe le plus clair de son temps à « La Haçienda » il est influencé par l’acid house et décide d’accentuer le coté « dance » de leur musique. La légende veut que ce soit un des amis proches du groupe qui ait introduit l’ecstasy en Angleterre. Une drogue qui va jouer un rôle crucial dans l’explosion du mouvement et qui changera les clubs de manière irréversible.

Manchester devient le lieu de fascination vers lequel tout les regards vont convergés pendant les cinq année a venir. Le succès étant là de nombreux incidents éclatent à « La Haçienda ». Très vite les gangs commence à se battre pour avoir le contrôle de la sécurité du club ainsi que le contrôle de la circulation des drogues. Devant la pression de la police et la multiplication des violences le club ferme en 91. Le club rouvre trois mois plus tard mais les signes du déclin sont évidents.

« Factory » fait faillite et « La Haçienda » ferme définitivement en 97 avant d’être démoli un an plus tard. En 15ans la Hacienda aura accueilli derrière ses platines un nombre d’anonymes devenus depuis des figures de la musique électronique tel que « Laurent Garnier », « The Chemicals Brothers » ou « Justin Robertson » et influencé de nombreux artistes comme « Oasis ». A noter que l’université de Manchester a été, au plus haut de la folie « Madchester » l’université la plus demandée d’Angleterre devant Oxford et Cambridge.

New Order/Round & Round

Inspiral Carpets/Real Thing

The Charlatans/The Only One I Know

Happy Mondays/Kinky Afro

808 State/Magical Dream

New Fast Automatic Daffodils/Get Better

James/Sometimes

The Stone Roses/Waterfall

Electronic/Get The Message

Niko & Steph





Documents joints