saison 2011-2012
vendredi 16 novembre 2012

Quelles valeurs pour les banques coopératives ?

Vendredi 16 novembre 2012, de 18h à 19h30 La mensuelle de Jet FM dédiée à l’économie sociale et solidaire

PARTICIPEZ AU DEBAT !

par Hélène

Enregistrement en direct et en public au bistrot-grignote Mon Oncle, 16 rue d’Alger, NANTES

Ce mois-ci, les Fourmis profitent de la Semaine de la finance solidaire pour s’interroger sur les valeurs des banques mutualistes. Crédit Mutuel, Crédit Agricole, Crédit coopératif, Caisse d’Épargne, Nef... ces établissements sont des acteurs clefs de l’économie sociale et solidaire et se distinguent par leur gouvernance collective : chaque client peut devenir sociétaire - copropriétaire. Créées au XIXe siècle pour financer des activités professionnelles locales (artisanat, agriculture, commerces de proximité), les banques coopératives sont désormais de grands groupes généralistes et internationaux qui détiennent deux-tiers des dépôts français. Mécénat, appui au développement local, pouvoir des sociétaires... comment continuent-elles aujourd’hui à promouvoir des valeurs solidaires ? Quelles sont leurs actions en Loire- Atlantique ? Quelles différences concrètes pour les clients ? Quelle éthique dans la gestion de leur argent ? Au final, l’exigence de rentabilité des banques mutualistes est-elle compatible avec la solidarité ?

Avec :
- Pascale Perfettini, responsable du Credit Mutuel solidaire de Loire-Atlantique
- Jean-Louis Cadoret, délégué général du Crédit Agricole Loire-Atlantique Vendée
- Régis du Boisbaudry, directeur du Crédit Coopératif de Nantes
- Sophie Stephan, responsable du développement coopératif et solidaire de la Caisse d’Épargne Bretagne Pays de la Loire
- Julien Le Couturier, délégué régional Grand Ouest de la NEF

Et une interview téléphonique de Yann Louvel, de l’ONG "Les Amis de la Terre" , référent de la campagne "Responsabilité des acteurs financiers" .

Une émission préparée et animée par Pascal Massiot et Alexandra Jore, en partenariat avec le webzine Terri(s)toires, l’Autre radio et le bistrot Mon Oncle.





Documents joints