L’association JET connaît une situation budgétaire difficile menaçant sérieusement la poursuite des activités de l’association et la pérennité des emplois.

Si petite soit votre contribution*, plus que jamais, la 100aine de bénévoles et les 8 salariés de JET ont besoin de votre soutien pour continuer l’aventure.

1 mois pour soutien financier JETFM

1 mois pour soutenir JET, du 1er au 31 décembre 2017

Soutenir JET, c’est agir pour : Je donne Plus tard

Pour vos messages de soutien : sur la boîte mail auditeur@jet-asso.fr
et/ou via le répondeur auditeur au 02 28 25 23 90, nous les relayerons à l’antenne !

MERCI pour l’aide que vous pourrez nous apporter.

 * Dons défiscalisables, paiement sécurisé avec émission automatique d’un justificatif de paiement.

JETFM 91.2FM

Le direct
  1. Accueil du site
  2. Les RDV de la rédaction
  3. Archives de la rédaction
  4. 2014 - 2015 // EMISSIONS
  5. Ressources Urbaines
  6. Ressources Urbaines
Votre don de soutien à JET
mercredi 16 janvier 2013

Ressources Urbaines

17h-18h mercredi 16 janvier sur Jet FM

> La chronique emploi

> L’exposition "Go de Nuit, les belles oubliées" par Eliane de Latour. Portraits de très jeunes filles à Abidjan en Côte d’Ivoire, qui passent par la prostitution pour survivre. Visite de l’expo avec son auteure (anthropologue, cinéaste, photographe) puis interview. Go de nuit, jusqu’au 2 février 2013 à l’Espace Cosmopolis à Nantes.

Déplacées par les guerres et les dislocations familiales, des filles de moins de 25 ans pratiquent une prostitution de survie dans l’angle mort du monde.

"Tout a commencé par une hésitation photographique en 2008 devant le visage de Nafissa. Elle était assise sur le seuil d’un hôtel de passe à Abidjan, dans un ghetto de fraîchenies (fraîches) où des filles de 12 à 24 ans se rassemblent pour trouver des clients. Elle me souriait, j’ai appuyé sur le déclencheur. Elle a pris une autre pose, j’ai suivi en silence.

Par son attitude, Nafissa m’a guidée vers le portrait dont, le lendemain, j’ai rapporté les résultats tirés sur papier. Les réactions euphoriques des autres filles m’ont incitée à continuer dans cette voie avec celles qui, à leur tour, voulaient passer devant l’objectif. J’ai compris que cette image se substituait à celle qu’elles avaient d’elles mêmes à travers le prisme social qui les renvoie à la souillure et au mépris. Elles ont posé avec confiance et fierté. Elles sont autres, elles veulent le faire savoir. En acceptant de sortir de la clandestinité, les go d’Abidjan offrent à la conscience du monde toutes celles qui existent par milliers sur les cinq continents.

Trois ans après ce premier sourire de Nafissa, un livre et une exposition photo mettent en lumière un phénomène mondial, celui des filles qui fuient des zones de précarité ou les zones de guerre pour vendre leur corps au sein des mégapoles."